Les Groupements de Créateurs permettent à toute personne de développer sa propre activité :
association, entreprise, emploi... en savoir plus sur la démarche Groupement de Créateurs
Votre actualité

Emmanuel Maurel : "Un dispositif d’orientation active et choisie"

Fin novembre 2012, la Région Ile-de-France a voté à l'unanimité un nouveau règlement d'intervention pour permettre le développement des Groupements de Créateurs sur l'ensemble du territoire régional. Quelles sont les raisons pour lesquelles la Région soutient ce dispositif depuis sa naissance en 1999 ?

Les raisons, elles sont claires, depuis le début. C’est la qualité de l’accompagnement des jeunes dans leur projet professionnel qui permet une intégration réussie dans le monde du travail. C’est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit des jeunes qui en sont les plus éloignés. C’est d’autant plus vrai lorsque ces jeunes sont les acteurs de leur projet. Et là, il s’agit de projet de création d’entreprise et d’activités. Si je vous dis en plus que l’autonomie des jeunes est la priorité politique de Jean-Paul Huchon partagée par l’ensemble de l’exécutif régional et que c’est pour cela que nous avons été élus, vous comprendrez toute l’importance que nous accordons à l’action des sept Groupements de Créateurs qui sont aujourd’hui en activité en Ile-de-France.

Ce qui fait la force de ce dispositif, c’est de proposer aux jeunes qui s’y engagent un parcours structuré et structurant.
Structurant, par la méthodologie qu’il propose : C’est en apprenant à se projeter dans l’avenir, à maîtriser leurs atouts et leurs faiblesses, à se déterminer dans un projet réaliste et cohérent, à définir leurs priorités d’actions et à identifier les étapes de leur parcours que les jeunes engagés dans un Groupement de Créateurs ont l’opportunité de devenir plus autonomes, et de construire leur projet professionnel.
Structuré, par le partenariat territorial pertinent entre :
• Une institution dont la mission est d’accompagner vers l’insertion sociale et professionnelle : une mission locale, une maison de l’emploi, un PLIE ou autre association;
• Un organisme dont la mission est d’initier au monde de la création d’entreprise et d’activité, tel que les boutiques de gestion, des coopératives d’activité et d’emploi ou d’autres réseaux
• Un établissement dont la mission est d’enseigner et d’accompagner jusqu’au diplôme d’université : l’IUT.

Ce travail de coopération étroit, plus facile à dire qu’à faire, permet donc aux jeunes de se construire et d’acquérir : un projet, une compétence, un diplôme d’université. Ce n’est pas rien, encore une fois, pour des jeunes qui voient leur avenir bouché, qui souvent cumulent les difficultés et les échecs. Des jeunes qui sont les premières victimes de la crise, les premiers touchés par le chômage et la précarité, bloqués au bas de l’ascenseur social par des inégalités et des discriminations. Voilà pourquoi nous avons soutenu ce que j’appelle un projet d’entrepreneuriat populaire et pourquoi nous continuerons à accompagner son développement francilien, et à soutenir son déploiement au niveau national.


L'acte III de la décentralisation devrait donner aux Régions un rôle majeur en matière d'emploi, d'accompagnement et de formation. Cette réforme impactera également le mode de pilotage des Missions Locales, Maisons de l'Emploi et PLIE, acteurs territoriaux sur lesquels s'appuient les Groupements de Créateurs. Selon vous, quelle place pourrait trouver le développement des Groupements Créateurs dans cette réforme ?

Les Groupements de Créateurs sont au carrefour de l’orientation et de la formation. On pourrait dire qu’ils sont d’abord un dispositif d’orientation active et choisie, de travail sur le projet professionnel articulé avec un dispositif de formation permettant d’aider ceux qui se lance dans le DUCA à acquérir les compétences et les armes pour se lancer dans la création d’entreprise ou d’activités. A ce titre, les réformes qui vont concerner le service public de l’orientation (SPO) posent la question de l’accompagnement. Où s’arrête l’orientation ? Des réflexions sont d’ailleurs déjà en cours pour sortir ce volet orientation-accompagnement du code des marchés public. A qui sera confié cet accompagnement ? Par exemple, je ne pense pas que les missions locales soient en capacité seules d’assurer pleinement cet accompagnement qui se doit d’être renforcé. Donc cela devra passer par des partenariats locaux qui ont du sens comme c’est le cas avec les Groupements de Créateurs.


L'apprentissage est une des compétences fortes de la Région. Sachant que les Groupements de Créateurs sont en voie d'obtenir l'inscription du DUCA (Diplôme d'Université de Créateur d'Activté) au RNCP, seriez-vous intéressé par l'expérimentation d'un Groupement de Créateurs en apprentissage, avec une alternance entre des temps de formation à l'Université et des temps en entreprise, aux côtés d'un dirigeant de TPE ?

Même si la création d’une section d’apprentissage relève en premier lieu de l’initiative des Centres de Formation d’Apprentis, je serais évidemment très intéressé par une expérimentation dans ce sens. D’autant plus que ce peut être une façon d’apporter des réponses à l’épineuse question du renouvellement des artisans et des chefs d’entreprise des TPE, qui sont principalement sur des activités non délocalisables.


La Région Ile-de-France représente pour l'ANGC le modèle de développement national des Groupements de Créateurs sur les autres régions. Seriez-vous disposé à soutenir le réseau des Groupements de Créateurs afin de mobiliser les autres Régions ? Quelles seraient vos suggestions pour favoriser le développement des Groupements de Créateurs sur l'ensemble du territoire national ?

Parce qu’il s’agit d’une expérience ancienne et réussie, nous avons décidé d’en faire un dispositif pérenne de la Région, d’en faire un modèle de partenariat régional, même si je suis persuadé que l’Etat peut aller plus loin, comme partenaire financier. On n’est pas au bout. Le fait que le déploiement des Groupements de Créateurs dans l’ensemble des missions locales du territoire national fasse partie des 44 mesures proposées dans le cadre des Assises de l’entrepreneuriat encouragera peut-être l’Etat dans ce sens.

La Région Ile-de-France est prête à agir comme levier pour que se concrétise le déploiement des Groupements de Créateurs sur l’ensemble du territoire national
. Si nous voulons que le développement des Groupements de Créateurs devienne une réalité et s’inscrive dans la durée, la mobilisation des financeurs doit être au rendez-vous. Pour cela, il n’y a pas de secret : il faut arriver à pérenniser le cofinancement avec l’Etat et les autres collectivités territoriales, voire le FSE, à travers des conventions pluriannuelles. Ensuite, il faut faire preuve de créativité et d’influence comme l’ont fait les Ecoles de la Deuxième Chance, qui sont depuis 2009 en capacité d’aller chercher de la taxe d’apprentissage. Je pense d’ailleurs que le financement privé par des entreprises ou des fondations pourrait être recherché pour finaliser le tour de table.


Site internet de la Région Ile-de-France : http://www.iledefrance.fr/


Publié le 31/05/2013

Retour

Association Nationale des Groupements de Créateurs
462, rue Benjamin Delessert
77550 MOISSY CRAMAYEL
tél : 01 64 13 82 79
courriel : info@groupement-de-createurs.fr
Mentions légales | Création site