Les Groupements de Créateurs permettent à toute personne de développer sa propre activité :
association, entreprise, emploi... en savoir plus sur la démarche Groupement de Créateurs
Votre actualité

Des volontaires du Service Civique aux côtés des Groupements de Créateurs : premier bilan

Géraldine, Miezan et Christopher ont accompli une mission de Service Civique auprès des Groupements de Créateurs pour encourager les jeunes des quartiers à monter leurs projets. Nous avons recueilli leurs impressions, en complément du reportage qui avait été réalisé par l'Agence du service civique concernant Lytina, volontaire à l'ANGC (voir le reportage de 2:25 min.)

Pouvez-vous vous présenter et expliquer comment vous avez eu connaissance des propositions de missions auprès des Groupements de Créateurs ?
Miezan : Je m’appelle Miezan Ackah, j’ai 18 ans, je suis en première année de sociologie. J’étais inscrite à la Mission Locale. Je ne savais pas trop si j’allais avoir une fac, ou si j’allais devoir suivre une formation. L’animatrice du Groupement de Créateurs de Sénart, Jessica Maître, m’a dit qu’ils cherchaient un volontaire dans le cadre du Service Civique.
Christopher : Je m’appelle Christopher Loudoux, j’ai 22 ans, et je suis étudiant à distance en 1ère année de Master en Management des Entreprises dans une école de commerce. J’ai connu le Groupement de Créateurs grâce à une annonce publiée sur le site national du Service civique. Mon cursus de formation étant à distance, ça me laissait du temps pour faire cette mission.
Géraldine : Je m’appelle Géraldine Viseux. J’ai décidé de prendre une année pour acquérir de l’expérience dans le milieu du social. Je souhaite devenir éducatrice spécialisée avec les enfants et les adolescents. Dans ce genre de filière il est primordial d’avoir une expérience du terrain et du contact avec les personnes. Je me suis inscrite en Mission Locale où j’ai pu effectuer des stages de découverte dans le secteur. J’ai ensuite décidé de m’engager comme volontaire du Service Civique au Groupement de Créateurs du Val d’Orge.

Comment s’est passée votre mission de Service Civique, en tant qu'Ambassadeurs de la Création d'Activité auprès des Groupements de Créateurs ?
Géraldine : Dans l’ensemble, la mission a été riche en expérience puisque j’ai pu participer à beaucoup d’actions de sensibilisation, telles que le City bus, aller à la rencontre de la population sur le terrain, effectuer des informations collectives, créer des liens avec la population, participer à l’accompagnement proposé par le Groupement de Créateurs, à la première promotion du DUCA ou encore représenter le Groupement de Créateurs lors d’événements.
Christopher : J’ai été très bien accueilli par le Groupement de Créateurs de Paris. Avec un responsable qui est assez ouvert, qui prenait le temps de répondre à mes questions. Ma mission en elle-même n’a pas cessé d’évoluer du début à la fin, pour le meilleur. Elle consistait à sensibiliser des personnes en difficulté au dispositif des Groupements de Créateurs. On est là pour transmettre une information. C’est la personne qui est libre de décider. J’ai pour rôle d’aller au contact des habitants dans leur quartier, pour discuter, nouer des liens avec des associations, des partenaires institutionnels, des représentants des missions Politique de la Ville, pour informer justement tout le monde de notre existence et de ce que l’on peut apporter aux gens. Notamment les aider à créer un projet professionnel, dans le but de les rendre plus autonomes, et au final accéder à l’emploi. J’ai commencé par sensibiliser le 17ème arrondissement, pendant la grande majorité de ma mission. Récemment, on m’a attribué un peu plus la sensibilisation du 13ème et 14ème.
Miezan : J’ai été bien accueillie, surtout par ma tutrice, Jessica Maître, qui était là pour les « petits » problèmes que j’avais. Si j’avais des questions, elle était là pour moi… et ça s’est bien passé. J’étais basée sur Sénart. Le premier débat pour les 20 ans de la Mission Locale de Sénart étant consacré à l’emploi et la création d’activité, on en a profité pour sensibiliser les jeunes au Groupement de Créateurs. Il y avait des stagiaires du DUCA qui étaient là, un peu comme des « témoins », et ont pu faire pâsser le message : « tant que tu es jeune, tu peux y aller, tu peux créer ta propre activité ou ton entreprise ».

Avez-vous rencontré des difficultés durant vos missions ?

Géraldine : J’ai pu en effet rencontrer quelques difficultés, en particulier en ce qui concerne le terrain. je pensais que le Service Civique supposait avant tout un travail en groupe, or pour cette mission j’étais seule. Cela a été le point négatif, j’ai ressenti une réelle perte d’énergie. Je pense que cela diffère aussi selon les personnalités, mais pour ma part, je suis quelqu’un qui aime ressentir l’énergie d’un groupe, pour être au maximum active pour ce genre de mission. Les autres volontaires Service Civique ont ressenti la même frustration, et c’est parce que nous sommes les premiers que nous pouvons faire évoluer les choses pour les prochaines missions Service Civique auprès des Groupements de Créateurs.
Christopher : C'est vrai que ce n’est pas facile d’aller seul dans des quartiers dits "difficiles", de rencontrer des jeunes qui sont souvent en groupe, de réussir à les intéresser. Il faut aussi savoir bien s’organiser, bien préparer ses visites et ne pas se perdre parmi tous les habitants et contacts. J’essaie pour mieux sensibiliser de contacter les «club de prévention». Ce sont des acteurs qui sont au contact des jeunes, qui vont les voir. Je pense qu’il faudrait que les volontaires du Service Civique puissent aussi prendre le temps de mener des entretiens sur place, dans un café par exemple.
Miezan : J’ai trouvé ma mission intéressante, mais j'aimais moins aller dans les quartiers. Ce n'est pas facile de faire bouger les jeunes. On a essayé toutes les méthodes. Le meilleur moyen, je pense, c'est de passer par les médiateurs. Les jeunes ont beaucoup de considération pour eux.

Qu’est-ce que votre mission de Service Civique vous a apporté ?
Christopher : Je pense que je deviens plus réaliste sur les différentes situations qui peuvent se présenter aux gens. En général, ce sont des jeunes qui ont décroché et qui essaient de s’en sortir. Les aider devient gratifiant. On change un petit peu leur perception des choses. J’ai pu affiner certaines de mes compétences, acquérir de nouvelles méthodes de travail, avoir plus confiance en moi. C’est une mission très humaine au final : aller à la rencontre des gens, découvrir leur quotidien. J’ai pris plus d’aisance. Je sais que cela va clairement m’aider pour la profession commerciale.
Géraldine : Je dirais tout simplement le partage et les rencontres avec les gens qui m’ont entourée. Que ce soit aussi bien des collègues de travail que des gens que j’ai pu rencontrer lors d'actions de sensibilisation ou encore avec des participants que j’ai pu suivre dans leur évolution. La communication humaine, le partage, on a tous à apprendre les uns des autres, quels que soient notre âge, nos opinions, notre niveau… Cela m’a permis de confirmer ma volonté de continuer dans le milieu du social et d’être en communication avec les autres, de partager, d’échanger et de les accompagner dans leur projet de vie… Cela m’a permis aussi et surtout d’en apprendre beaucoup sur moi-même et sur ma façon d’être ou de réagir face à certaines choses comme le fait de préférer travailler en groupe plutôt que seule, et je pense que savoir dissocier ce que j’aime faire et ne pas faire est important pour être bien et efficace dans son travail mais aussi dans son épanouissement personnel.
Miezan : Ma mission m’a appris à avoir différents langages, parler comme son interlocuteur pour le mettre à l’aise, pour le mettre en confiance. C’était intéressant. Pour moi, personne n’est perdant dans le Groupement de Créateurs. Ils y gagnent tant qu’ils se donnent à fond. J'ai bien aimé aussi appeler les gens pour prendre des rendez-vous, leur rappeler certaines informations...

Pour conclure, conseilleriez-vous le Groupement de Créateurs ?
Christopher : Oui ! C’est une porte de sortie pour les jeunes. Ça ne peut être que positif pour eux, parce que l’expérience est vraiment enrichissante. Il faut être endurant, il faut le vouloir.
Miezan : Je conseillerais à tout le monde de s’inscrire dans le Groupement de Créateurs. Tu ne sors pas perdant, même si ce n’est pas rémunéré. Tu as un suivi et des gens qui sont là pour toi. Ceux qui ont envie de le faire, n’hésitez pas à taper à la porte du Groupement de Créateurs !
Géraldine : Oui, je dirais qu’il faut avoir le courage de se lancer et de continuer à se faire confiance et à croire en son projet. Tout le monde n’a pas la chance de réaliser ses rêves… Merci au Service Civique et au Groupement de Créateurs, ainsi qu’à l’ANGC, et tous les gens avec qui j’ai partagé de très bons moments. Nous avons fait part de nos difficultés rencontrées, et aujourd’hui les Groupements de Créateurs vont recruter deux personnes par site cette mission, pour faciliter les actions sur le terrain en fonctionnant en binôme. Nous sommes très heureux d’avoir pu participer à l’évolution des prochaines missions de Service Civique et de leur efficacité, au sein des structures et leur souhaitons bon courage et une belle aventure !


Propos recueillis par Adeline Dondon


Les Groupements de Créateurs de Paris, du Val d'Orge et de Seine-Saint-Denis cherchent des volontaires. Pour plus d'infos, contactez Adeline Dondon : adeline.dondon@groupement-de-createurs.fr.

Pour avoir des infos sur le Service Civique : www.service-civique.gouv.fr


Publié le 16/10/2012

Retour

Association Nationale des Groupements de Créateurs
462, rue Benjamin Delessert
77550 MOISSY CRAMAYEL
tél : 01 64 13 82 79
courriel : info@groupement-de-createurs.fr
Mentions légales | Création site