Les Groupements de Créateurs permettent à toute personne de développer sa propre activité :
association, entreprise, emploi... en savoir plus sur la démarche Groupement de Créateurs
Votre actualité

Le Groupement de Créateurs du Val d'Orge fête son deuxième anniversaire !

Inauguré en novembre 2010 (cf l’interview croisée de Sylvie Clémençon, Directrice de l’association AILE, qui porte le Groupement de Créateurs du Val d’Orge, et Andrée Dumay, Directrice de la Mission Locale du Val d’Orge, partie prenante du Groupement de Créateurs, publiée lors du lancement du Groupement de Créateurs), le Groupement de Créateurs du Val d’Orge est animé depuis son démarrage par Naïke Panga, que nous avons rencontrée et qui a récemment été rejointe par Fatima Ettaleb, Chargée de sensibilisation et d’accompagnement.

Qui peut bénéficier du Groupement de Créateurs du Val d’Orge et quel est son rayon d’action ?
Le Groupement de Créateurs agit sur les neuf communes du Val d’Orge : Fleury-Mérogis, Sainte-Geneviève-des-Bois, Saint-Michel-sur-Orge, Morsang-sur-Orge, Brétigny-sur-Orge, Le-Plessis-Pâté, Leuville-sur-Orge, Villemoisson-sur-Orge et Villiers-sur-Orge et en particulier sur les quartiers prioritaires du territoire.
Nous accueillons les demandeurs d’emploi jeunes et adultes. Dans la promotion actuelle, la plus jeune a seize ans et la plus âgée cinquante et un an. On travaille en étroit partenariat avec la Mission Locale du Val d’Orge, qui est notre partenaire direct, mais aussi avec le service Politique de la Ville, des éducateurs du club de prévention, avec les associations de Vie de Quartier, et avec tous les acteurs locaux qui accompagnent les demandeurs d’emplois.

Quels sont les principaux types de projet accompagnés par le Groupement de Créateurs ?
Le Groupement de Créateurs du Val d’Orge accompagne tous types de projet, et parmi ceux-ci : association, évènement ponctuel ou entreprise, dans le secteur des services à la personne, du jardinage, aussi dans le domaine artistique. La tendance de la plupart de nos porteurs de projet tend vers un statut d’auto-entrepreneur ou associatif.

Vous avez déployé de nombreuses actions de sensibilisation. Quel est leur objectif ?
La phase de sensibilisation est effectivement une phase essentielle, qui occupe une grande partie de notre mission. Son objectif est de susciter l’envie d’entreprendre. Elle consiste à aller dans les quartiers, là où les gens sont : en bas d’un immeuble, à un arrêt de bus… On se déplace aussi dans les évènements les week-ends, sur les marchés. On va dans les lieux où les personnes n’ont pas un accès facile à l’information. L’idée est de donner aux gens l’envie de créer. On a la possibilité d’exploiter un nouveau dispositif, qui s’appelle le City Bus, une innovation créée et expérimentée par le Service Politique de la ville du Val d’Orge, qui nous permet d’aller à la rencontre des gens dans les quartiers. On invite les personnes à réfléchir sur l’entrepreneuriat dans le cadre d’une réunion d’information.

Quel est le contenu de la deuxième phase, la phase d’émergence ?

La phase d’émergence est réalisée dans le cadre d’ateliers collectifs et d’entretiens individuels. La première étape est la connaissance de soi, que l’on travaille avec une compagnie de théâtre sur trois jours, pour permettre à la personne de mettre en avant toutes ses compétences, de valoriser son expérience et de faire émerger ses valeurs. Ensuite, il y a un entretien individuel, qui permet à la personne de sortir de la dynamique de groupe, de se centrer sur son projet, et de pouvoir décliner tout ce qu’elle a appris en atelier collectif.
La deuxième étape vise à travailler l’idée, avec un atelier que j’anime en utilisant le photo langage suivi d’un entretien individuel, pour faire émerger des pistes d’idées de création pour ceux qui n’en ont pas et permettre à ceux qui ont des idées d’être confortés dans leur idée, ou bien s’ouvrir à la possibilité de choisir parmi plusieurs autres idées.
La troisième étape concerne l’environnement du projet, pour découvrir ce qu’est un Business Plan, ce que sont les études de marché, les possibilités de financement, autant au niveau départemental que régional. Les ateliers durent quatre heures. On dispose d’un abonnement au site de l’APCE, qui permet aux porteurs de projet de faire de la veille documentaire. On a également proposé un atelier informatique pour permettre à ceux qui n’avaient pas les bases nécessaires d’aller explorer les sites d‘information.
Puis on finit la phase d’émergence par un travail sur l’adéquation entre la personne et son projet. On vérifie dans le cadre d’un entretien individuel si le puzzle entrepreneurial a bien été « emboîté », et on essaie de détecter ce qui manque à la personne pour prendre une décision par rapport à son projet, à savoir si elle souhaite créer tout de suite ou reporter son projet. Lors de la prochaine session, on travaillera également sur l’adéquation porteur-projet à partir d’un jeu.
A l’issue de cette phase d’émergence, le porteur de projet aura élaboré un document qui s’appelle « Exploration : J’explore pour entreprendre », qui lui permet de préparer son dossier pour le jury d’admission en formation DUCA (Diplôme d’Université de Créateur d’Activité) ou, s’il ne souhaite pas faire la formation, il peut s’en servir auprès des partenaires qui prennent le relais après nous.

Actuellement le Groupement de Créateurs propose la phase de formation au DUCA. En quoi consiste-t-elle ?
C’est une formation de 800h que l’on propose en partenariat avec l’Université d’Evry et la Boutique de Gestion pour permettre aux porteurs de projet d’acquérir les compétences nécessaires pour créer et gérer une activité de type TPE. Elle a débuté le 21 mai et finira le 21 novembre 2012. Il y a quinze inscrits, un seul a abandonné. Des contraintes de calendrier nous ont obligés à être « à cheval » sur les vacances scolaires, ce qui n’a pas été idéal. La prochaine formation commencera en février et finira en juillet 2013.

Pouvez-vous nous citer quelques exemples des activités visées par les porteurs de projet accueillis cette année ?
On a eu des projets d'une grande diversité : salon de thé et pâtisserie, un illustrateur, coiffure et maquillage (cf l'interview de Gwladys Manouana), consultante qualité, jardinier et paysagiste, designer, sandwicherie, agence artistique spécialisée en gospel, styliste, restauration, création de bijoux (cf l'interview d'Elise Brigantino)...

Pour finir, quelle serait votre devise, le trait distinctif de votre Groupement de Créateurs ?
La spécificité de notre Groupement de Créateurs, c’est de créer une véritable dynamique départementale qui permet aux futurs créateurs de travailler ensemble. L’idée, c’est qu’on est plus fort à plusieurs, et qu’on peut avoir des renseignements, des informations en échangeant. L’idée du Groupement de Créateurs ce n’est pas seulement de travailler avec un accompagnateur, c’est de travailler avec les autres. Il faut vraiment faire confiance aux gens, et leur donner la possibilité de faire ce qu’ils ont envie de faire.

Propos receullis par América Ferragne, Chargée de mission à l'ANGC, et Olivier Ursulet, volontaire Service Civique à l'ANGC


 


Qui contacter pour bénéficier du Groupement de Créateurs ?

Naïke Panga
Tél : 01 69 04 81 09
Portable : 07 86 62 65 34
Mail : n.panga@aile-emploi.fr

Fatima Ettaleb
Tél : 01 69 04 81 09
Portable : 06 78 56 68 15
Mail : f.ettaleb@aile-emploi.fr

Page Facebook du Groupement de Créateurs :
http://www.facebook.com/pages/Groupement-de-Cr%C3%A9ateurs-du-Val-dOrge/388084731225705?ref=ts

Association pour l'Insertion Locale et l'Emploi
138 Rue Gabriel Péri
91 700 Sainte Geneviève des Bois
Site internet : www.aile-emploi.fr


Publié le 22/11/2012

Retour

Association Nationale des Groupements de Créateurs
462, rue Benjamin Delessert
77550 MOISSY CRAMAYEL
tél : 01 64 13 82 79
courriel : info@groupement-de-createurs.fr
Mentions légales | Création site