Les résultats

En quelques années, le Réseau des Groupements de Créateurs a presque triplé son nombre d’implantations, passant de 13 sites en 2017 à 32 aujourd’hui, répartis sur 24 départements dans 8 régions métropolitaines et 3 DOM (Guadeloupe, Martinique et la Réunion).

picto groupe turquoise

4 783 personnes ont été sensibilisées à la création d’activité en 2019 par les Groupements de Créateurs

Les Groupements de Créateurs ont accompagné :

  • 2 079 personnes en phase d’Émergence de projet, dont 45% résident en territoire fragile (quartiers prioritaires de la politique de la ville, zones de revitalisation rurale…)
  • 127 personnes en phase de Formation au Diplôme d’Université de Créateur d’Activité (DUCA) – Entrepreneur TPE, dont 63% résident en territoire fragile.
picto clap turquoise

51 % des personnes accompagnées en phase d’Émergence sont en sortie positive (emploi, création ou formation, parfois de façon combinée) un an après :

Les Groupements de Créateurs ont accompagné :

  • 32 % personnes e> emploi salarié
  • 15 % mais aussi la création d’une activité
  • 9 % ou encore la reprise d’une formation
picto fusée turquoise

Une efficacité évaluée sur l’insertion et l’autonomie des jeunes de 16 à 25 ans

Une évaluation d’impact, menée dans le cadre du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse (FEJ), a été réalisée de 2011 à 2015 par une équipe de chercheurs issus du CREST, de J-PAL, de Sciences Po et de l’Ecole d’Economie de Paris.

Cette évaluation randomisée a eu lieu sur 9 Groupements de Créateurs en France Métropolitaine et dans les Départements d’Outre-Mer. Elle s’est portée sur la phase d’émergence du dispositif et a concerné 902 jeunes de 16 à 25 ans, sensibilisés à l’accompagnement à la création d’activité. 57% d’entre eux étaient de niveau inférieur au baccalauréat.

Deux groupes ont été formés par tirage au sort : 469 bénéficiaires du dispositif des Groupements de Créateurs et 433 suivis différemment.

L’ensemble des jeunes a ensuite été soumis à deux enquêtes administrées par téléphone, à 11 mois puis à 21 mois après leur suivi.

Les résultats de cette évaluation, rendus publics en décembre 2016, démontrent l’impact positif du dispositif des Groupements de Créateurs sur l’insertion professionnelle et l’autonomie des jeunes demandeurs d’emploi, dès la phase d’émergence de projet.

Les résultats pourraient, a priori, paraître paradoxaux. En effet, deux ans après leur accompagnement, les jeunes bénéficiaires du dispositif de Groupements de Créateurs sont moins nombreux que les non-bénéficiaires à mener une activité de type travailleur indépendant (3% contre 8%).

Toutefois, cela s’explique par une meilleure prise en compte de la réalité économique et des étapes préalables nécessaires au montage de leur projet. Les jeunes bénéficiaires du dispositif prennent leur parcours en main de façon plus réfléchie et se tournent d’abord vers la formation dans l’année qui suit leur entrée dans le Groupement de Créateurs (21% contre 10% chez les non-bénéficiaires).

Puis ils décrochent plus facilement un emploi salarié dans les deux ans (38% contre 31% chez les non-bénéficiaires), ce qui leur permet notamment d’acquérir de l’expérience avant de se lancer dans la création.

L’autre effet marquant de l’accompagnement concerne également leurs revenus : deux ans après avoir bénéficié du dispositif, les jeunes perçoivent des revenus d’activité plus importants que les non-bénéficiaires (+27%) et par conséquent, dépendent moins des allocations sociales (36% contre 43% des jeunes n’ayant pas bénéficié du dispositif) et des aides de leurs proches.